Journée de la Femme :

Mille rôles, une vraie nature

Samedi 7 mars, comme un préambule à la Journée des Droits de la Femme, le Quai des possibles accueillait une journée dédiée au féminin avec des femmes autant expertes que passionnées. A travers leurs témoignages, leurs conseils et les échanges, elles ont réunit femmes et hommes à se reconnecter à soi, s’inspirer et explorer les différents visages du féminin avec en toile de fond un chemin qui se dessine :

  Celui vers la rencontre véritable de notre légitimité.

 

~~~~~~

Une table ronde pour remettre du sens

« Femme, mère, travailleuse : comment trouver son équilibre ? » tel est le grand thème de la table ronde qui a initié cette journée haute en couleurs. A travers de riches échanges, Sandrine Brasero, fondatrice de Promot’her (au centre), Petra Popp, par l’apprentissage auprès des peuples autochtones de leur vision unique de l’humain (à droite), et Myriam Levens, coach en parentalité et fondatrice de The French Working Mum (deuxième à gauche), ont chacune apporté leurs visions, leurs connaissances et témoigné de leur parcours à la rencontre de leur légitimité féminine.

Entre toutes ces demandes et obligations supposées qui assaillent les femmes, des émotions souvent refoulées ou incomprises naissent. Et s’il était temps de les mettre en lumière en laissant les étiquettes « négatives » ou « positives » et de les écouter, de les choyer même ? « Chaque émotion est là pour souligner nos besoins, remplis ou non » nous disait Myriam Levens à propos de la culpabilité que peut ressentir une jeune mère, qui retourne au travail, face au peu de temps disponible avec son enfant.

Aller à la rencontre de nos émotions, même les plus difficilement avouables, est donc une clé vers une libération et un apaisement intérieur. Petra Popp ajoute : « Pour révéler nos besoins les plus enfouis, nous avons besoin de nous autoriser à prendre du temps pour nous, du temps pour ouvrir notre cœur et nous pardonner« . Depuis quelques années, elle a donc décidé de s’offrir une routine à base d’étirements et de méditation chaque matin peu importe les enfants ou le mari. En renouant corps et cœur. 

S’autoriser à s’ouvrir à soi demande temps, patience et amour de soi et a priori notre société, très axée sur le faire et la performance, ne nous encourage pas dans ce sens. Chacune et chacun est tenté de faire toujours plus et toujours mieux et de s’imposer pour exister, dans une course incessante contre la montre. Heureusement, un nouveau courant souffle et de nouvelles perspectives s’ouvrent. Aujourd’hui, les qualités féminines, comme la bienveillance, sont actuellement requises et même recherchées par les entreprises ! De cette recherche d’équilibre entre le faire incessant et l’être empathique, Sandrine Brasero ajoute même :

« Les entreprises qui s’adaptent (à ce rapport au travail des nouvelles générations) sont les entreprises qui vont continuer à attirer les meilleurs talents parce qu’elles auront compris que c’est un enjeu de société. »

De quoi redonner le sourire et nous encourager à faire des choix qui nous font profondément plaisir.

 

  ~~~~~~

Refaire le monde pendant le déjeuner

Autour d’un copieux déjeuner collaboratif, Hélène Legrand, peintre naturaliste saint-germanoise, est venue échanger autour de sa vision de la féminité et la place de la femme dans l’art et notre société actuelle. En racontant des mythes fondateurs comme celui de Pénélope, femme d’Ulysse dans L’Odyssée, Hélène Legrand semble avoir décrit là des attitudes inconscientes que l’on retrouve chez les femmes d’aujourd’hui : attendre, ne pas oser se positionner clairement, être belle et plaire, créer puis défaire sans cesse son travail, … Tant de schémas, de quoi nous faire méditer sur nos héritages et notre rapport aux contes, mythes et légendes et à notre culture en général !

Toujours perçues comme objet de désir et de plaisir des yeux ou de la chair, Hélène incite les femmes d’aujourd’hui à se libérer de ces besoins de plaire, d’être belle et d’être désirée pour cela. Elle appelle donc chacune à renouer avec son « regard désirant », un regard aimant, véritable élan venu de nos profondeurs qui nous renoue à l’essence créatrice et la vie telle qu’elle est. Un regard qui s’émerveille et contemple avec tendresse les reflets sur une bouteille d’eau ou le corps d’un modèle vivant masculin, comme si c’était la première fois.

 

  ~~~~~~

La Pause Yoga du féminin

Après ces rencontres riches en échanges, il était temps de faire une pause toute en douceur et de se recentrer sur soi. Carole Vrignon nous a proposé pour cela un moment de yoga du féminin en alliant différents yoga : Hatha et Yin Yoga, Yoga des hormones et du visage, respirations et techniques de relaxation. Par un mélange de temps calmes et de postures dynamiques, corps et visages se sont relâchés, apaisés et posés avec plus de stabilité dans ce nouvel équilibre intérieur-extérieur. Un temps de reconnexion à soi, à son souffle, à son élan de vie intérieur qui a permis de libérer des tensions et se sentir plus vivante, ancrée et paisible dans l’instant.

Carole donne aussi des cours à Chatou et au centre Wellfuz, un espace de bien-être qui ouvrira prochainement ses portes à Croissy-sur-Seine. Son contact : carole.yoga@lilo.org ou au 06 62 30 06 98.

 

  ~~~~~

Une autre histoire car « elles étaient une fois »

Après cette douce pause, le temps de s’inspirer et de renouer avec ses racines est venu avec la rencontre-discussion « Femmes inspirantes et oubliées par-delà les temps ». Pour cela, Isabelle Blot, coach et psychologue positive spécialisée dans les questions du genre, nous a partagé des portraits de femmes audacieuses, ingénieuses et révolutionnaires qui ont largement contribué à l’évolution de l’humanité, de Rosa Parks à Hannah Arendt en passant par Josephine Baker. A travers quizz et échanges, Isabelle a fait découvrir à chacune les visages multiples de ces femmes : créatrices, philosophes, artistes, inventrices, sportives, scientifiques et bien plus encore.

Le souci est autre part. Autant femmes qu’hommes, nous nous sommes construits sur une demi-histoire, une histoire bancale car à moitié vraie. De ce patrimoine légué, il manque très souvent le matrimoine. Effacées, oubliées ou omises par peur de ce qu’elles représentaient, il nous appartient donc aujourd’hui de reconstruire pièce par pièce cet héritage-puzzle dont on a laissé des morceaux de côté.

Heureusement, de nouvelles possibilités jaillissent chaque jour pour se relier à cette histoire, se dire avec fierté que tout est possible et retrouver son pouvoir et son élan d’agirQuelques idées : Femmes ici et d’ailleurs, un magazine et un club pour s’inspirer, Feminists of Paris pour des visites guidées féministes, Violette and Co, une libraire indépendante parisienne aussi connue pour ses expositions engagées. 

~~~~~

Une bulle ressourçante pour explorer son intimité

Proposé par Elisabeth Philibert, coach-thérapeute de la relation amoureuse et intime, la journée s’est terminée en beauté par une bulle hors du temps douce et joyeuse : l’atelier « Parlez-moi Intime et Plaisir ».

Aux lueurs des bougies, dans un cocon chaleureux, les quelques femmes réunies ce soir là ont eu l’occasion de faire un voyage profond, inattendu et parfois même déroutant en allant à la découverte de leur rapport à la sensualité et au plaisir. A l’aide de jeux de regards, d’observation des ressentis, de dessin, de danse et de méditation, Elisabeth a accompagné intuitivement chaque femme à s’ouvrir à elle-même. Sous sa bienveillance et son étincelle joyeuse, des temps de paroles très libres ont guidé chacune à s’ouvrir sans tabou, à se libérer des jugements et à parler simplement de ce qui est pour soi. Ce moment de sororité unique a contribué à plus d’une en permettant de libérer en douceur ses émotions enfouies et refoulées et de se reconnecter à son désir profond de vie : à sa joie d’être et de se révéler à soi-m’aime.

~~~~~

Des petites clés pour se retrouver au quotidien

Au cours de cette journée riche de rencontres et de partages, l’occasion était là de prendre du temps pour soi et d’oser ne pas faire ce qui était prévu et attendu. Comme Myriam Levens le disait, il est essentiel de se décharger la tête que ce soit en listant ses priorités, en se réservant du temps seulement à soi ou même du temps pour rien dans son agenda surchargée. Au-delà même de cela, accepter que l’on ne fera pas tout et choisir ce que l’on fait maintenant.

Comment faire ce choix de l’instant et renoncer à faire bien ou à faire plaisir ? Ecouter son désir, voilà l’expression récurrente de cette journée. Cela passe par se reconnecter à ses besoins, à ses émotions et garder une écoute attentive et tendre envers soi. Une astuce : posez-vous cette question « de quoi ai-je besoin maintenant ? ». 

Au-delà du besoin, « qu’est-ce qui me fait profondément vibrer maintenant ? ». S’offrir des petits ou grands moments de joie dans chacune de nos journées et les célébrer est un des piliers pour renouer avec son plaisir. Avec ces cadeaux de tous les jours, nous développons ainsi plus de respect, d’écoute envers nous-même et notre estime se retrouve renforcée.

Maintenant et si vous le souhaitez, c’est à vous de jouer !