Jeudi 19 novembre, nous avons eu le plaisir d’organiser, à l’occasion d’une soirée Ticket For Change, une table ronde sur l’éducation alternative et le potentiel avec Caroline Sost (Living School), Valérie Aguila (Girls Club) et Adèle Galey (Ticket For Change). Une soirée riche en échanges et nouvelles perspectives que l’on vous retrace en quelques mots :

Qui a déjà entendu cette question étant plus jeune : « Quel métier voudrais-tu faire plus tard ? ». La réponse est « toutes et tous » à l’unanimité. Pourtant comment satisfaire cette interrogation alors que l’on ne se connait pas encore soi-même ?

Autour de la table, trois entrepreneurs inspirantes :
Caroline Sost, fondatrice de l’école « Living School », qui permet aux enfants d’être bien avec eux-mêmes, avec les autres et le monde qui les entoure afin de favoriser l’émergence de nouveaux leaders éthiques. A ses côté Valerie Aguila, créatrice de « Grils Club », qui a pour vocation d’accompagner et inspirer les jeunes femmes et minorités de genre, âgés de 15 à 25 ans dans l’exploration de leur potentiel. Puis, Adèle Galey, co- fondatrice de « Ticket For Change », un programme qui aide à identifier et activer les talents de chacun pour aller vers des carrières à impact et changer le monde.

Des invitées très complémentaires poursuivant le même objectif : Révéler les potentiels et talents uniques de chacun pour contribuer à résoudre nos grands défis de société ! Malheureusement, selon Adèle Galey, la définition d’un talent est très souvent stéréotypée.

« Un talent ce n’est pas être virtuose au piano, quand on reprend la définition c’est quelque chose que l’on fait naturellement sans effort, quelque chose en quoi l’on est bon.
En fait, il y a ce paradoxe ultime du talent car comme on le fait bien et sans effort, on en a pas conscience. Je vous invite à faire un petit exercice : Vous choisissez cinq personnes qui vous connaissent hyper bien et vous leur demandez en quoi il vous trouve bon. Une super manière de découvrir ses talents pour commencer.»
Le nom va ici

Travailler le savoir-être est donc primordial au sein des pédagogies alternatives. Selon Carole Sost (Living School) l’apprentissage de l’éco-citoyenneté, au travers de projets porteurs de sens (replanter des arbres, venir en aide aux espèces en voie de disparition…) et la sensibilisation des parents, des professeurs le sont tout autant.

« J’aimerais bien que ce ne soit pas une éducation alternative indéfiniment mais que ça devienne plutôt ce que l’on enseigne un peu partout. Pourvu que l’on ne reste pas différent trop longtemps car l’objectif c’est d’essaimer le plus possible, travailler en complémentarité de l’éducation nationale. »

Une discussion passionnante suivie d’un atelier collaboratif avec les internautes réussi ! Pour revoir la table ronde c’est ici >> https://www.facebook.com/watch/live/?v=719973285537268&ref=watch_permalink